Poésie de William Shakespeare - Sonnet 26



Sonnet 26

Lord de mon amour, toi dont le mérite a impérieusement réduit mon dévouement en vasselage, je t’envoie cette ambassade écrite, comme hommage de mon attachement, non comme preuve de mon esprit ;


Attachement si grand qu’un pauvre esprit comme le mien peut le faire paraître nu, manquant de mots pour le présenter. Mais j’espère que quelque bonne pensée l’abritera, tout nu qu’il est, au fond de ton âme,


Jusqu’au jour où l’étoile inconnue, dont les mouvements me guident, jettera gracieusement sur moi quelque brillant rayon et parera mon amour déguenillé de façon à le rendre digne de ton ineffable attention.


Alors j’oserai te dire hautement comme je t’aime ; jusque-là je ne m’exposerai pas à ce que tu me mettes à l’épreuve.


Trad. de François Victor Hugo


«L’amitié ne s’apprend pas dans un livre: C’est l’instinct qui nous la fait découvrir !» - 
  • Cherry Blossom

  • Des poèmes de William Shakespeare